Now Reading:
Nos musiciens et la finance
Full Article 2 minutes read

Nos musiciens et la finance

Par Orso Antonio DORÉLUS

Ce que vivent les musiciens haïtiens pendant le Covid-19 donne un aperçu sur leur état financier après leur carrière musicale. Confinement. Pas de spectacles. Ils ne fonctionnent pas. Malheureusement, en dépit de leur fonction de code postal, ils n’ont pas de crédit sur leurs œuvres. Comme quoi ils n’exercent pas un métier, leur mission est de divertir.

Les musiciens haïtiens ne bénéficient pas la postérité de leurs oeuvres voire un texte de loi leur garantissant une allocation. Ils vivent au jour le jour et privés de vacances puisqu’ils n’ont pas droit au chomage. Pourtant, en tant que créateurs, ils devraient pouvoir vivre de leur art. D’ailleurs, se référant au marché de l’art, leurs créations sont avant tout des produits.

La liste sera longue si on dénombre les noms des musiciens haïtiens qui tombent aux oubliettes et qui vivent dans la précarité après leur carrière. Certains diront que c’est de la mauvaise gestion. Peut-être qu’ils auront raison. Cependant les œuvres de ces
musiciens n’existent-elles pas encore et continuent à faire les délices de la génération d’après? C’est de même, les musiciens sont confinés mais leurs œuvres ne continuent-elles pas à jouer pour aider les gens à surmonter leurs problèmes. Qu’est ce qu’ils ont en retour? De l’ironie sur leur état financier…

Comme professionnel de métier, pour une fois, l’État doit mettre des structures en place pour garantir leur sécurité. L’art est indispensable dans la vie de l’être humain. Non seulement il a une dimension thérapeutique mais c’est un miroir qui révèle l’insconscient collectif d’une population.

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.